Comment traiter l’impuissance?

L’impuissance physique (« organique ») est donc généralement causée par un afflux insuffisant de sang dans le pénis, ou par une évacuation trop rapide du sang affluent. Dans de rares cas, la cause peut aussi résider dans une lésion nerveuse.

 

L’impuissance psychique (« psychogène »), en revanche, est généralement due à la peur de l’échec, à l’angoisse de ne pas « assurer » ….

 

Si l’impuissance est liée à la prise de certains médicaments, on peut essayer de remplacer ces médicaments par d’autres produits qui n’occasionnent pas de troubles érectiles.

 

Les diabétiques constatent souvent une amélioration de leurs érections une fois qu’on est parvenu à contrôler le taux de sucre dans leur sang.

 

Une libido réduite (manque d’envie de faire l’amour) peut souvent être améliorée par la prise de certains médicaments. Toutefois, il est dangereux de prendre ces produits de sa propre initiative car ils contiennent parfois des hormones masculines. Ce type de traitement peut même s’avérer très nocif, étant donné qu’il peut favoriser le développement d’un cancer de la prostate hormonosensible et entraîner des symptômes lourds!

Diverses méthodes thérapeutiques sont à la disposition du médecin et du patient pour traiter l’impuissance:

 

  • Acceptation de la situation
    Ce n’est naturellement pas toujours facile, mais il faut bien se rendre à l’évidence. Avec l’âge, les érections sont moins fréquentes et finissent par disparaître définitivement.

 

  • Médicaments
    Dans le passé, les possibilités de traiter les problèmes d’érection au moyen de médicaments étaient très limitées. Un très vieux moyen est par ex. la Yohimbine qui provient de l'écorce d'un arbre du Cameroun.

    Ce médicament peut entraîner un effet limité chez certains patients souffrant de problèmes d’érection. Mais il aurait plutôt un effet placebo. Le Trazolan a autrefois été prescrit dans les problèmes d’érection. Depuis quelque temps, le Viagra, connu de tous, a fait son apparition sur le marché. Ce médicament a posé un jalon dans le traitement médicamenteux des troubles de l’érection. En fonction de l’indication, on peut arriver à un très bon résultat. Entre-temps, Levitra, Cialis,.. ont également fait leur apparition. 

 

  • Injections intra-caverneuses
    Il s’agit d’injections pratiquées dans les corps caverneux du pénis.
    Au moyen d’une aiguille très fine, on injecte un vasodilatateur à la base de la verge. Ce produit dilate les artères au maximum, de telle sorte que le pénis est irrigué au maximum. Ce qui donne une bonne érection. Si l’érection n’est pas suffisante après la première injection, ne commencez pas à paniquer! Souvent, il est nécessaire de faire plusieurs essais pour trouver la dose exacte qui convient à chaque patient. On commence toujours avec une dose moyenne, que l’on peut ensuite augmenter ou réduire en fonction des besoins personnels de chaque patient.

    Parfois, on peut arrêter les injections au bout d’un certain temps sans que les érections n’en pâtissent. L’explication de ce phénomène est que les injections ont permis aux artères de retrouver leur souplesse, car une circulation sanguine importante assouplit les parois des vaisseaux sanguins.

    Ce médicament peut également être administré par l’urèthre chez certains patients.

 

  • Pompe à vide
    Il est aussi possible de remplir les corps caverneux de sang par aspiration. Il existe différents appareils sur le marché, qui se composent d’un tube en plastique, d’une pompe aspirante et d’un anneau en caoutchouc. On place le tube autour du pénis et on actionne la pompe pour créer un espace sous vide autour de la verge. Cela crée une pression négative (mise sous vide) autour du pénis et le sang est littéralement aspiré dans les corps caverneux. Une fois que le pénis est bien rigide, on glisse un anneau en caoutchouc à la base du pénis, de manière à maintenir le sang dans les corps caverneux pendant la durée du rapport sexuel. L’inconvénient de ce système est que le pénis est rigide à partir de la base, mais que la base à l’arrière de l’anneau est flaccide. Du coup, le pénis est bel et bien rigide, mais il pend vers le bas (plutôt que d’être dressé vers le haut). Étant donné l’absence de circulation sanguine, le pénis est également un peu froid et prend une couleur bleuâtre. L’anneau en caoutchouc ne peut pas rester plus de 30 minutes en place.

 

 

  • Prothèse d’érection
    Une autre possibilité consiste à implanter, au cours d’une intervention chirurgicale, des corps caverneux artificiels (une « prothèse ») que l’on peut gonfler au moyen d’une petite pompe placée dans le scrotum. En actionnant cette pompe de commande, on envoie un peu d’eau du réservoir (implanté dans le ventre) vers la prothèse. Ainsi, l’homme a une érection, à laquelle il met fin en appuyant à nouveau sur la pompe pour vider la prothèse et renvoyer l’eau dans le réservoir.

    Ces opérations sont pratiquées comme solution de dernier recours. En effet, les corps caverneux naturels sont entièrement retirés après la pose de la prothèse. Impossible de faire marche arrière, donc!